Avec cet article, j’inaugure une nouvelle rubrique du blog : les jeux vidéos pour les enfants. Elle plaira à certains, pas à d’autres… Quand on parle jeux vidéos, ça hérisse souvent bon nombre de parents. J’ai envie de montrer ici que les jeux vidéos ne sont pas forcément ce vecteur d’abrutissement auquel on les résume trop souvent, mais qu’ils peuvent être imaginatifs, créatifs, intéressants et éducatifs.

Un petit mot d’abord sur l’utilisation des jeux vidéos chez nous. Nous contrôlons très activement combien de temps elle joue et ce à quoi elle joue. Elle joue de manière très occasionnelle et jamais quotidienne, essentiellement le week-end. Elle ne joue pas toute seule, mais en compagnie de son papa le plus souvent. Il peut ainsi décrypter avec elle les images qu’elle voit, lui expliquer le jeu, lui montrer comment faire, l’aider… Et surtout, nous sélectionnons très attentivement les jeux auxquels elle joue. Enfin quand je dis « nous » ça veut dire « son papa », c’est lui le gamer de la famille. Pour tout dire, moi je ne joue pas du tout mais son papa est ultra fan de jeux vidéos et forcément le jeu vidéo a donc une place importante chez nous. Il choisit avant tout pour elle des jeux rétro, de jolis graphismes, des jeux variés et plutôt intuitifs pour son âge.

En revanche chez nous, il n’y a pas et il n’y aura jamais de tablettes type Storio ou LeapPad : leurs jeux sont hyper formatés, normés, ils manquent de diversité et de recherche artistique. Elle peut en revanche jouer sur PC, tablette ou console (plus rarement pour la console). L’intérêt c’est aussi qu’elle puisse manipuler différents périphériques : manette, tactile, clavier, souris. Chacun développe un type de motricité fine particulière.

Donc voilà : chez nous on lit beaucoup, on fait énormément d’activités créatives, manuelles et sensorielles, on s’aère et on profite quotidiennement de la nature mais on joue aussi à des jeux vidéos. Ce ne sera jamais quelque chose d’interdit pour Carla, en revanche ce sera toujours une activité encadrée : ici, comme pour le reste, tout est question de mesure et de diversité. Et puis comme tous les enfants, qu’on le veuille ou non, Carla est attirée par ça. Les images fascinent tous les enfants. Les jeux virtuels feront de toute façon et inévitablement partie de leur univers alors autant leur montrer tout ce qu’il y a de riche et d’artistique dans cette nouvelle composante de notre culture.

Bon j’en viens au jeu maintenant : Monument Valley. C’est un jeu sur tablette qui s’apparente à un jeu de réflexion, à un casse-tête. Le joueur doit résoudre 10 puzzles qui correspondent aux 10 niveaux du jeu, de complexité croissante. Le but du jeu est de guider avec son doigt une petite princesse, Ida, à travers un univers labyrinthique, d’actionner des mécanismes afin de créer un chemin qui la conduit d’un niveau à l’autre.

La particularité de ce jeu et ce qui en fait toute la beauté et la richesse c’est son univers : on évolue avec Ida et le peuple des corneilles au sein d’un monde à l’architecture impossible, irréelle. Les dessins du jeu sont inspirés par les gravures de l’artiste néerlandais Maurits Cornélis Escher qui s’est illustré par ses représentations d’objets impossibles, c’est-à-dire d’objets qui défient les lois de la physique. Voilà donc un jeu qui permet aussi de découvrir les oeuvres d’un artiste. Chaque scène du jeu est en elle-même une oeuvre d’art, une représentation artistique de la réalité. Ce sont de vrais tableaux graphiques, géométriques, hyper colorés.

Screenshot_2016-04-07-21-57-49 (1) Screenshot_2016-04-07-21-59-23 Screenshot_2016-04-07-22-01-28

Au delà des graphismes originaux, le jeu permet de développer chez l’enfant la représentation dans l’espace en 3D. Sans être un jeu pédagogique ou éducatif, c’est un jeu qui suscite le sens de l’observation.

Au fil des labyrinthes et de leur exploration, on découvre des chemins cachés, on change les perspectives en faisant pivoter des éléments du décor. Aucun niveau n’est répétitif, il y a toujours de nouveaux mécanismes à explorer. Non seulement on peut bouger les mécanismes, mais on modifie aussi le décor, on peut faire apparaître de nouveaux éléments architecturaux. Certains décors se déplient, s’emboîtent, se superposent. On guide la princesse à travers une suite de monuments : des palais, des temples, des cascades d’eau, des souterrains. C’est un monde onirique, pur, un rêve éveillé peuplé d’illusions d’optique (en lien avec le travail de l’artiste néerlandais). Magnifique!

Les 10 niveaux du jeu sont en fait des chapitres et comme dans un livre, Ida y fait la connaissance de nouveaux personnages, explore de nouveaux mondes. Les noms des chapitres sont évocateurs : le palais aquatique, le temple caché, l’observatoire, le beffroi

Screenshot_2016-04-03-22-09-10 Screenshot_2016-04-03-22-09-44 Screenshot_2016-04-03-22-10-57

La musique du jeu contribue à merveille à nous plonger dans l’ambiance du jeu : musique atmosphérique, effets sonores qui accompagnent les actions du joueur.

Dans ce jeu, il n’y a pas de game over : l’enfant ne perd jamais, ce qui évite de susciter une sensation d’échec. La petite princesse poursuit son chemin jusqu’à trouver la solution, la route de sortie du labyrinthe. Il faut donc être persévérant pour réussir. Carla parvient maintenant à faire toute seule les 6 premiers niveaux. Mais comme pour tous les jeux vidéos, la présence et le guidage d’un adulte est nécessaire.

Bref, un jeu poétique, artistique et intelligent. Une vraie pépite, à découvrir absolument!

**************

Monument Valley – Ken Wong – studios Ustwo – à partir de 5 ans – disponible sur Android, IOS et Windows phone

4 Comments

  1. je l’ai présenté il n’y a pas si longtemps (enfin je crois ^^) et j’adore ce jeu, il est tellement beau et intéressant, ma fille y joue souvent, elle ne s’en lasse pas et quand elle est bloquée et qu’elle arrive enfin à trouver la solution, elle est super contente !

    • Pareil ici, elle essaye et essaye encore jusqu’à réussir et c’est très gratifiant. Les graphismes sont splendides, il s’en dégage une vraie poésie. Bref, on est fan!

  2. Je reviens en lecture sur y’ et article qui me plait beaucoup! Il y a tant de belles découvertes à faire que ce serait dommage de se restreindre à une pédagogie de jeux en bois alors qu’on peut en effet proposer une multitude de supports proposés avec un cadre 🙂

Write A Comment