Author

Le monde de Carla

Browsing

Une fête polynésienne pour ses 8 ans

Pendant les dernières vacances, nous avons eu l’immense chance et bonheur de partir en famille en Polynésie française. Un voyage inoubliable, paradisiaque! Tellement incroyable qu’on a un peu du mal à s’en remettre… Du coup, cette année le thème de l’anniversaire était tout trouvé. Pour les 8 ans de louloute, c’était donc une fête polynésienne, l’occasion idéale pour ramener un peu d’exotisme à la maison. 

Carla avait invité 8 copines d’école, 8 mini-tahitiennes. Au programme : soleil, noix de coco, musique tahitienne et colliers de fleurs. Voici un petit aperçu de notre fête tropicale en photos! 

Du côté de la table des gourmandises

La sweet table c’est l’élément central de la fête, là où les copines se regroupent pour grignoter, papoter et découvrir le thème de l’anniversaire. C’est aussi l’élément qui réclame le plus de travail, entre les gourmandises à préparer et la décoration à imaginer et à installer. La Polynésie c’est avant tout les couleurs éclatantes : les nuances infinies de bleu, les couleurs incroyables des fleurs… J’ai donc misé à fond sur les couleurs de la table et des éléments de décoration, en reprenant beaucoup d’objets ramenés directement de là-bas : les coquillages et les coraux ramassés par louloute sur les plages de Bora Bora, quelques photos-souvenirs de notre voyage, des cartes postales achetées sur place, des fleurs d’hibiscus… Des trésors venus du bout du monde! 

J’ai complété la déco avec des accessoires dénichés sur le site Vegaooparty, spécialisé dans l’organisation d’événements festifs. On y trouve des tonnes d’idées et d’objets pour préparer des anniversaires d’enfant, organisés par thèmes. J’ai trouvé mon bonheur dans leur thème tropical : guirlande de fleurs, suspensions, jupe de table à franges, coupes noix de coco… 

Du côté des gourmandises sucrées, comme chaque année, j’ai fait appel à la talentueuse Sophie de chez Les gâteaux de Sophie pour créer le gâteau d’anniversaire. A partir des quelques idées que je lui avais données, elle a imaginé et préparé un magnifique gâteau qui a ramené un petit coin de Polynésie chez nous le temps d’un après-midi. Carla avait choisi les parfums (compotée de mangue et ganache chocolat, recouvert de pâte à sucre) et il était aussi bon que beau. Encore un immense merci Sophie, chaque année vous nous régalez et vous créez des univers incroyables à travers vos gâteaux! 

Autour de ce gâteau, j’avais de mon côté préparé plein de petites choses sucrées : des cake pops cocktails chocolat-noix de coco, des cupcakes à la vanille, plein de bonbons, des boules coco, du sirop au fruit de la passion…

Cupcakes à la vanille
Cake pops chocolat-noix de coco

Du côté des activités

Carla avait envie de reproduire dans sa fête les petits rituels qu’elle aimait tant là-bas : fleur de tiaré dans les cheveux et collier de fleurs de bienvenue. C’est donc toute heureuse qu’elle a accueilli chacune de ses copines avec un collier de fleurs, exactement comme à Tahiti. On avait également prévu tout plein de petits accessoires pour organiser un photobooth tropical et on a bien rigolé! Heureusement, le soleil et la chaleur étaient au rendez-vous de cette journée d’anniversaire et ça c’était quand même bien pratique pour être dans le thème! On en a profité pour faire un grand jeu dehors, une série d’épreuves pour remporter le trésor de la fête, la piñata remplie de bonbons (j’ai déniché cette piñata-danseuse tahitienne toujours chez Vegaooparty). Parmi les défis : courses à cloche-pied, défis imitations, mini chasse au trésor, devinettes et charades, jeu d’adresse (limbo)…

Cette première activité les a bien crevées, c’était le moment parfait pour se désaltérer et enchaîner avec un petit bar à cocktails (vous le sentez, le manque des soirées cocktails??!!). J’avais mis à leur disposition de grands verres, des jus de fruits, des sirops, des glaçons, des rondelles de citron, des pailles et des mélangeurs. Avec louloute, on avait écrit sur une ardoise la recette d’un cocktail inspiré de ceux qu’elle buvait là-bas et les copines se sont amusées à l’appliquer (ou pas) pour créer leurs propres cocktails. Pour décorer leurs verres, elles ont préparé du sucre coloré (sucre + sirop) et des mini-brochettes de bonbons. Santé et Manuia! 

Entre des moments de jeu libre, d’ouverture de cadeaux et de gavage de bonbons, la fête s’est terminée par une activité créative et une petite invitation à fabriquer des guirlandes de fleurs tahitiennes. C’est une activité qui leur a beaucoup plu et qui était parfaite pour finir l’après-midi en douceur. J’avais découpé des fleurs et des feuilles exotiques dans du papier cartonné de couleurs (des soirées entières passées à découper!!). En alternant sur du fil des fleurs, des feuilles et des morceaux prédécoupés de pailles en carton, on obtient de jolis guirlandes ou colliers polynésiens. 

Et voilà comment on a fait revivre l’espace de quelques heures un petit bout de paradis. Ma louloute des îles était ravie de sa journée d’anniversaire et moi je n’arrive toujours pas à réaliser que mon petit bébé a déjà 8 ans… ♥

Pour découvrir les thèmes d’anniversaire des année précédentes :

Résultat de recherche d'images pour "vegaooparty"

Pointillisme à la gomme {Explorer des techniques de peinture}

Dans nos récents emprunts à la bibliothèque, on a déniché un super livre d’activités créatives : Labo peinture. Il propose des tas de projets créatifs à réaliser avec les enfants et c’est une vraie mine d’idées! Parmi elles, j’avais repéré une invitation à s’exercer à la technique picturale du pointillisme qui consiste à appliquer la peinture par points. C’est ce que j’ai proposé à louloute à partir de l’initiale de son prénom et elle a vraiment beaucoup aimé.

Matériel utilisé :

  • papier dessin cartonné
  • 3 crayons avec des gommes au bout
  • peinture (rouge, bleu, jaune)
  • masking tape ou scotch
  • crayon, ciseaux

J’ai d’abord dessiné une grande lettre majuscule sur une feuille de papier cartonnée et je l’ai découpée pour créer un pochoir. J’ai fixé la lettre-pochoir sur une autre feuille à l’aide de masking tape (vous pouvez aussi utiliser du scotch double-face).

Pour cette activité, nous avons utilisé seulement les 3 couleurs primaires (bleu, rouge et jaune) que louloute a appliquées points par points en tamponnant à l’aide des gommes des crayons. On peut aussi utiliser des cotons-tiges, le résultat sera le même. Elle a d’abord déposé des points à l’intérieur du pochoir, couleur par couleur, puis elle a fait se chevaucher les points créant ainsi de nouvelles couleurs. C’est une activité intéressante à la fois pour découvrir la technique du pointillisme et pour observer les mélanges et les jeux de couleurs, on voit apparaître du vert, du violet…

Une fois que les superpositions de couleurs nous conviennent et que la majuscule est bien remplie, on attend que ce soit bien sec avant de retirer le pochoir pour découvrir la lettre remplie. Louloute a fait un grand « waou »  et c’est vrai que c’est vraiment joli tous ces points de couleurs et toutes ces nuances. Voilà un nouveau tableau qui va vite rejoindre les murs de sa chambre.

Peinture d’hiver à l’encre

Voici une petite activité créative d’hiver que j’avais déjà proposée à louloute il y a quelques années et que nous avons eu envie de réaliser à nouveau. C’est tout simple, adapté aux plus petits comme aux plus grands, pour un résultat toujours aussi chouette.

Matériel utilisé :

  • feuille de papier type Canson
  • encre bleue
  • craie grasse blanche
  • paillettes
  • pinceau

Pour commencer, on dilue l’encre dans un peu d’eau et on dessine des motifs d’hiver sur une feuille à l’aide d’une craie grasse blanche. Lorsqu’on peint par-dessus et tout autour avec l’encre, les formes apparaissent, révélant de jolis flocons de neige qui semblent tout givrés. Pour finir, on a saupoudré d’un voile de paillettes bleutées.

C’est toujours un peu magique ce genre de technique de peinture qui fait apparaître progressivement les dessins réalisés sous les coups de pinceau. La peinture glisse sur les zones dessinées à la craie sans se fixer. On peut aussi jouer sur les nuances de bleu glacé avec l’encre plus ou moins diluée et l’ajout des paillettes à la fin accentue le côté givré des flocons.

 

Une couronne de princesse pour l’Epiphanie

Dimanche c’était l’Epiphanie et traditionnellement c’est le jour où l’on fabrique une jolie couronne en attendant que la galette des rois cuise dans le four. Cette année, j’ai proposé à louloute de réaliser une couronne 100% girly comme elle les aime. Et comme le temps de la galette dure tout le mois de janvier, vous trouverez bien un moment pour réaliser vous aussi une couronne des rois (ou des reines). 

Matériel utilisé :

  • du joli papier cartonné
  • du papier crépon
  • du masking tape
  • des étoiles découpées dans du papier
  • des paillettes
  • des perles ou strass
  • de la colle, une paire de ciseaux, une agrafeuse

Pour commencer, je suis allée farfouiller dans ma boîte à jolis papiers (au fil du temps, à force d’en récupérer, d’en acheter, d’en recycler,  je commence à en avoir une petite collection dans laquelle louloute adore piocher) pour dénicher un papier suffisamment cartonné pour former une couronne sans se déchirer. J’ai tracé au crayon les contours d’une forme de couronne que louloute a ensuite découpée. Nous avons assemblé deux bandes de papier pour créer une couronne adaptée à son tour de tête. 

Pour la customisation, elle a découpé des franges dans une bande de papier crépon que l’on a collée en bas de la couronne avec du masking tape doré, sans oublier de coller des gommettes en forme de diamants. Pour la touche finale, on a préparé des étoiles pailletées à coller sur les pointes de la couronne : on a découpé des formes d’étoiles dans du papier que l’on a recouvert de colle avant de saupoudrer par-dessus une voile de paillettes. On ôte l’excédent et on obtient de scintillantes étoiles dorées.

Et voilà sa jolie couronne so girly! A peine le temps de s’admirer avec qu’il est déjà temps de savourer la galette des rois toute chaude qui sort du four. Allez, on vous laisse… 

« L’Elféméride Le grand légendaire des saisons (Automne-Hiver) » de Pierre Dubois et René Hausman {Editions Hoëbeke}

Cela fait longtemps que je voulais vous présenter sur ce blog ce très très beau livre de ma bibliothèque : L’Elféméride ou Le grand légendaire des saisons. C’est un ouvrage qu’il nous plait de feuilleter avec louloute, et dans lequel on se plonge à chaque début de mois pour découvrir l’inventaire féerique du mois qui s’ouvre.

Ecrit par Pierre Dubois, spécialiste de la féerie et du petit peuple en France et grand conteur, ce livre-encyclopédie est un véritable almanach du merveilleux qui nous invite à un voyage au coeur de l’imaginaire des saisons (il existe aussi un Elféméride sur le printemps et un autre sur l’été, que je compte bien acquérir prochainement d’ailleurs). L’ouvrage suit le découpage des mois de l’année, et à l’occasion des 6 mois qui composent ces deux saisons, on apprend ou on redécouvre à travers des rubriques récurrentes les croyances et les traditions les plus séculaires qui forment le socle imaginaire de notre culture. Bien évidemment, la part belle est faite à la nature et à ses légendaires des arbres, des plantes, des fleurs… mais aussi aux dictons, fêtes et coutumes populaires. C’est à la fois un grimoire, un légendaire, un bestiaire et un herbier imaginaire. C’est foisonnant et passionnant!

Au final, c’est une somme monumentale de connaissances oubliées, de légendes reculées héritées de la nuit des temps. C’est aussi et surtout un magnifique recueil de contes et d’histoires à lire et à transmettre aux enfants parce que, comme le dit l’auteur dans sa préface, « les enfants que l’on ne nourrit point de contes, d’histoires, de bravoure, de merveilles et de sagesse sont des enfants perdus… Parce que ces histoires sont nées avec les premiers rêves de la toute petite enfance du monde… quand l’homme venait à peine de se tenir debout. Les ignorer, c’est ne pas savoir pourquoi le ciel est bleu, la mer salée, la neige froide, le soleil brillant… C’est tout ignorer de la pluie et du vent. »

Les récits de Pierre Dubois sont sublimés par les illustrations magnifiques et drôles de René Hausman, grand illustrateur du monde légendaire.

C’est un ouvrage indispensable, nécessaire, plus que jamais aujourd’hui en cette époque où l’on est trop souvent poussé à gommer ce qui fait le socle de notre culture et de nos traditions, à oublier le discours des anciens et les sources de notre héritage commun. Un ouvrage qui ravive en chacun son âme d’enfant et qui invite à la rêverie, à la contemplation et à la transmission.

**************

L’Elféméride Le grand légendaire des saisons Automne/Hiver – Pierre Dubois et René Hausman – éditions Hoëbeke

[AMAZONPRODUCTS asin= »2842304853″]

Bark de Noël {tablette de chocolat & friandises}

Les barks vous connaissez? Ce sont de grandes tablettes de chocolat faites maison le plus souvent décorées de bonbons, sprinkles, éclats de biscuits… que l’on déguste après les avoir cassées en gros morceaux. Dans sa boîte magique de l’avent, louloute a trouvé cette semaine tout ce qu’il fallait pour réaliser un (une?) bark de Noël. C’était une première et nul doute qu’on en refera, on a adoré les préparer et surtout les déguster. A décliner pour toutes sortes d’occasions! 

Ingrédients (pour une très grande tablette) :

  • 2 tablettes de chocolat pâtissier (au lait pour nous)
  • des friandises et des bonbons de Noël

Pour ce bark spécial Noël, j’ai proposé à louloute de décorer sa tablette avec des friandises qui nous évoquent cette douce période de fête : des morceaux de cannes à sucre, des bretzels, des bonbons colorés, des petits bonhommes en pain d’épices, des chocolats…

La réalisation est très simple : il suffit de faire fondre le chocolat au bain-marie puis de le couler sur une grande plaque recouverte de papier cuisson. On lisse bien le chocolat à l’aide d’une spatule pour avoir une surface régulière. On lèche vite la cuillère et on n’attend surtout pas que le chocolat refroidisse : on parsème où on veut, comme on veut les petites friandises (sans oublier d’en manger quelques-unes au passage). Vous l’avez compris, c’est une activité à la fois gourmande et créative! 

On met ensuite la plaque au frigo pour quelques heures, le temps de faire durcir le chocolat, puis on casse grossièrement  de gros morceaux et on se régale!!!!

Présentés dans un joli paquet, ces morceaux de chocolat peuvent aussi faire un très gourmand cadeau de Noël, à offrir à ses proches ou à la maîtresse.

Des suspensions de Noël scintillantes

Chaque année, à Noël, on aime bien créer de nouvelles petites décorations à rajouter à notre sapin ou ailleurs. C’est toujours l’occasion de jolis moments partagés, avec des musiques de Noël en fond sonore et des biscuits à la cannelle qui cuisent dans le four. Peu de matériel nécessaire pour réaliser cette activité, tant que vous avez des petites choses qui brillent, vous avez l’essentiel! 

Matériel utilisé :

  • des suspensions de Noël en bois ou carton
  • de la colle
  • des paillettes, des sequins…

C’est en faisant un tour chez Cultura que je suis tombée sur ces jolies suspensions en bois. Quand j’ai demandé à louloute comment elle voulait les décorer, elle m’a répondu : « avec des brillants ». C’est donc sans hésiter que j’ai pioché dans nos boîtes de matériel créatif pour y dénicher des sequins, des paillettes, des strass… pour lui préparer cette petite invitation à décorer des suspensions de Noël. On aurait d’ailleurs très bien pu faire ça avec des formes découpées dans du papier cartonné.

Il suffit ensuite de laisser libre cours à sa créativité. Nous avons utilisé de la colle vinylique pour cette activité, elle est parfaite pour les collages sur bois ou carton, pratique à utiliser et elle devient transparente après séchage. 

On ne lésine pas sur les paillettes et autres brillants, on les colle un par un ou on en saupoudre carrément partout… tant que ça brille, toutes les techniques sont bonnes!

Et voilà de jolies petites décorations réalisées avec amour par les petites mains appliquées de ma louloute qui a tellement hâte que ce soit Noël! Quant à moi, je voudrais bien que cette période dure toute l’année…

Du sucre de Noël parfumé {Cadeau gourmand pour la maîtresse}

Dernière semaine avant les vacances de Noël, il est déjà temps de gâter la maîtresse pour les fêtes. C’est la période de l’année où l’on aime bien offrir des petits cadeaux gourmands. Après le thé de Noël l’année dernière, cette année nous avons choisi de préparer du sucre parfumé aux saveurs de Noël (orange, cannelle et vanille) à présenter dans un joli bocal. 

Ingrédients (pour 1 bocal) :

  • 250g de sucre complet
  • le zeste de 2 oranges bio
  • 2 cuillères à café de cannelle
  • 2 cuillères à café de vanille 

La recette est simplissime : il suffit de mettre tous les ingrédients dans le bol d’un mixeur et de mixer le tout finement. Nous avons ensuite étalé le sucre sur une plaque recouverte de papier cuisson pendant une nuit pour bien le laisser sécher et le lendemain on le met en pot. C’est encore mieux de le préparer quelques jours avant de l’offrir pour que les arômes aient bien le temps de se libérer et de parfumer le sucre. Le parfum est divin, toute l’odeur de Noël dès l’ouverture du bocal! 

Ce sucre parfumé peut-être saupoudré dans des yaourts ou sur des crêpes, utilisé dans des gâteaux ou des biscuits, on peut même en mettre une petite cuillère dans son thé. Bref, j’espère que la maîtresse appréciera. 

Il ne reste ensuite plus qu’à décorer le bocal pour le transformer en joli cadeau gourmand à offrir à la maîtresse pour fêter Noël. Nous avons collé un pompon, un bâton de cannelle, une étoile de badiane et une étoile dorée sur le couvercle, à l’aide d’un pistolet à colle. Nous avons rajouté une petite étiquette autour du bocal au dos de laquelle Carla a écrit les ingrédients utilisés, une petite clochette et le tour est joué! Il me suffira de l’emballer dans du papier transparent et louloute l’offrira à sa maîtresse juste avant les vacances.

Invitation à créer un sapin de Noël

Dans sa boîte magique de Noël (je vous en ai parlé sur Facebook et Instagram), ma louloute a découvert il y a quelques jours une petite invitation à créer festive pour réaliser un sapin de Noël à l’aide de pâte à modeler et le décorer. 

Matériel utilisé :

  • un cône en polystyrène (acheté en magasin de loisirs créatifs)
  • de la pâte à modeler verte
  • plein de petits trucs qui brillent

Nous avons utilisé un cône en polystyrène pour recréer la forme du sapin. Carla l’a recouvert de pâte à modeler, elle a utilisé plusieurs petits accessoires pour étaler et découper la pâte. J’avais mis à sa disposition plein de petits trucs qui brillent (perles, étoiles, mini-guirlande, strass…) pour orner le sapin et le parer de jolies couleurs.

C’est une activité créative très libre qui lui a bien plu. Elle est pratique à mettre en place également avec de plus jeunes enfants parce que les décorations sont faciles à positionner dans la pâte.

Cela faisait longtemps que nous n’avions pas ressorti la pâte à modeler et je me suis rendue compte qu’elle aimait toujours autant ça. Après avoir réalisé ce sapin, elle a continué à jouer pendant un long moment avec en ressortant son grand baril d’accessoires. 

« Veilleurs La dernière licorne » – Gilles Baum et Christophe Merlin {Editions Gautier-Languereau}

♥ Attention coup de coeur! ♥

« Ainsi sont nés les Veilleurs. De père en fils. Autour de cette mission sacrée : s’émerveiller. Et pour que cela puisse perdurer, il nous faut tenir l’encyclopédie parfaite, voyager, observer, dessiner, consigner les moindres détails dans le livre de cuir… »

Cet album est une pépite, un petit bijou de littérature jeunesse. On l’a adoré de bout en bout : le récit, les illustrations… C’est l’histoire d’un vieux livre, un grimoire épais et jauni par le temps qui se transmet de veilleurs en veilleurs depuis plusieurs générations. Les veilleurs? Des hommes, issus d’une même famille, qui partagent et se transmettent une mission commune, sacrée et secrète : recenser et protéger les licornes à travers le monde. Un jour, Lia-Li, fille du dernier veilleur, hérite de ce précieux livre comme d’un trésor familial et humain. A son tour, elle va prendre la mer et devenir une veilleuse. Mais, comme son père avant elle, une interrogation la hante : reste-il encore des licornes à sauver? En parallèle des aventures de la jeune héroïne, croquées à coups de crayon vifs et colorés, on découvre des pages illustrées extraites de ce vieux grimoire. 

Le récit est envoûtant. A travers cette quête des licornes, l’auteur nous invite à nous interroger sur l’évolution du monde et ce que l’on qualifie d’ordinaire de progrès : quel est le progrès de la civilisation quand les constructions de l’homme et son désir de conquête le poussent à ravager sa terre et à faire disparaître les créatures qui la peuplent? Quel est le progrès de la civilisation quand les découvertes font perdre à l’homme le sens du rêve et de l’imaginaire?

Quand le dernier panda géant aura disparu, quand le dernier tigre du Bengale se sera éteint, ces animaux finiront-ils par devenir pour les générations futures des espèces mythiques et légendaires comme le sont les licornes? C’est la question essentielle que pose ce livre : qu’advient-il des êtres qui finissent d’exister? Si plus personne ne s’en préoccupe, est-ce leur réalité même qui disparaît? Parce que la mission des veilleurs de ce livre est la mission impérieuse qui doit être transmise à chaque enfant sur terre : protéger les espèces de notre monde et ne jamais cesser de s’émerveiller devant elles. 

Entre mythe et réalité, entre conte philosophique et récit initiatique, ce livre est une nécessité et un enchantement.

**************

Veilleurs La dernière licorne – Gilles Baum et Christophe Merlin – éditions Gautier-Languereau 

[AMAZONPRODUCTS asin= »2017025119″]